Plein Ciel sur les Gorges du Tarn

Bergermeditions gorges
Grogesdutarn bergermeditions
Grotte gorgesdutarn bergermeditions
€19,00 TTC En stock, livraison en 72h
  • Bergermeditions gorges
  • Grogesdutarn bergermeditions
  • Grotte gorgesdutarn bergermeditions

État du produit : Neuf

Livre de photographie aérienne du département du Tarn

Toutes les photos sont de Michel Berger.

96 pages, 185 photos. Français anglais allemand. Grand format 25 x 33 cm tout en couleur.

Mondialement connues, les gorges du Tarn, situées entre le causse Méjean et le causse de Sauveterre, attirent chaque année un million de visiteurs qui viennent admirer le canyon d’une longueur de 52 kilomètres.

Le Tarn prend sa source sur les pentes du Mont-Lozère, passe au Pont-de-Montvert et recueille les eaux du Tarnon près de Florac ; c’est son seul affluent avant la Jonte. Il est seulement alimenté par une quarantaine de résurgences, quinze sur la rive gauche et une vingtaine sur la rive droite.

Selon le célèbre spéléologue Édouard-Alfred Martel, « à l’époque juras-sique, de longues failles venant du Larzac ont disloqué la masse des Causses avec de grands déplacements de terrains et de légères torsions. Le cours du Tarn recoupe l’axe du grand géosynclinal des Causses et l’épaisseur totale des sédiments jurassiques a dû mesurer au moins mille cinq cents mètres ».

Le tourisme s’est développé à partir de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle grâce à l’essor du chemin de fer dans le Massif central et à l’ouverture de la route des gorges du Tarn en 1905. Auparavant, depuis Sainte-Énimie, les transports de passagers et de marchandises s’effectuaient au moyen de barques à fond plat.

À partir de 1883, des pionniers ont contribué à faire connaître ce site exceptionnel, il faut citer le naturaliste Louis de Malafosse, le pyrénéiste Alphonse Lequeutre et bien sûr Édouard-Alfred Martel qui fut proclamé citoyen d’honneur de la Lozère le 11 février 1899 lors d’un grand banquet à Paris organisé par le Club cévenol et l’Association lozérienne de la capitale.

Malgré le développement du tourisme, toute la région a subi un exode à la fois agricole et rural qui s’est traduit par une hémorragie démographique considérable. La plupart des villages ont vu fermer leurs écoles et assisté au départ des prêtres qui, avec les instituteurs, faisaient souvent fonction de secrétaires de mairie. La Première Guerre mondiale a provoqué un véritable désastre et sur les monuments aux morts sont gravés les noms des habitants du pays (parfois plusieurs membres de la même famille) qui sont tombés dans les tranchées.

Après la guerre, l’exode s’est poursuivi, le pays était pauvre et les parcelles de terre, en terrasses, donnaient de maigres récoltes. D’ailleurs l’abandon des « faïsses » et des « bancels » a profondément modifié les paysages et la broussaille s’est étendue. Aujourd’hui dans le vallon d’Ispagnac, la vigne est réintroduite. C’est le temps de la reconquête !

De Quézac au Rozier-Peyreleau, en passant par Sainte-Énimie, La Malène et Les Vignes, l’offre touristique évolue et se diversifie. Quézac joue la carte du tourisme industriel, Sainte-Énimie privilégie l’aspect médiéval de sa cité et La Malène perpétue avec bonheur la tradition de la battelerie.

L’ouverture du viaduc de Millau a eu des retombées bénéfiques et le prochain classement des Causses et des Cévennes au patrimoine mondial par l’Unesco devrait accrroître la notoriété de cette magnifique contrée.

 

The Gorges du Tarn, situated between the Causse Méjean and the Causse de Sauve-terre, enjoy a worldwide reputation. A million visitors arrive each year to visit and admire the 52 kilometre long canyon.

The Tarn has its source on the slopes of the Mont-Lozère. The river flows through Pont-de-Montvert and then takes in the waters of the River Tarnon near Florac which is the only tributary before the River Jonte joins it. The Tarn is topped up by only 40 resurgences, around 15 on the left bank and some 20 on the right bank.

In the words of Edouard-Alfred Martel, the renowned speleologist, “long rifts originating in Larzac dislocated the mass of the Causses with extensive movements of terrain and slight torsions during the Jurassic period. The flow of the Tarn inter-sected the axis of the large geosynclinal of the Causses. The total depth of the Jurassic sediments must have measured at least 1 500 metres”.

Tourism began to develop at the end of the 19th century and the beginning of the 20th century due to the rapid expansion of the railway in the Massif Central and to the opening of the road along the Gorges du Tarn in 1905. Previously, transport of passengers and merchandise had been carried out in flat-bottomed boats from Sainte-Enimie.

From 1883 onwards, enthusiasts contributed in making this exceptional site famous. The naturalist Louis de Malafosse must be mentioned as must be the Pyreneist Alphonse Lequeutre and of course Edouard-Alfred Martel who was made an honorary citizen of Lozère on February 11, 1899 at a dinner in Paris organized by the Club Cévénol and the Parisian branch of the Association Lozérienne.

Despite the development of tourism, the whole of the region was subjected to the exodus which was both agricultural and rural, the effect of which was a considerable demographic haemorrhage. Most village schools closed and the clergymen left. They were often, as were primary school teachers, secretaries in the local town halls. The First World War was a true disaster for the population of Lozère. The names of the inhabitants of the area (sometimes several members of the same family), who died in the trenches, are engraved on the war memorials. After the war, the exodus continued, the area was poor and the plots of land, in terrace cultivation, gave meagre harvests. What is more, the abandon of the terrace system (called “faïsses” or “bancels”) profoundly modified the countryside and provoked the steady spread of undergrowth. There has recently been replanting of vines in the Ispagnac valley which has enabled the retrieval of some of the land.

From Quézac to Rozier-Peyreleau, through Sainte-Enimie, La Malène and Les Vignes, tourism has evolved and is diversifying. Quézac makes the most of industrial tourism, Sainte-Enimie puts the medieval aspect of its town to the fore and La Malène carries on the tradition of its riverboats.

The opening of the Millau Viaduct has had beneficial repercussions on the area and the future classification of the Causses and the Cévennes on the Unesco World Heritage list should enhance the notoriety of this magnificent region.

 

Plein ciel sur Gorges du Tarn

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site